• Avant de rejoindre le grand soleil, Daniel Parokia (Buchet-Chastel)

    up.autotitre.comÀ chacun ses faiblesses : j'aime les années 1950. De loin, s'entend… Pour rien au monde je ne voudrais m'y trouver transporté par quelque sortilège. Mais je goûte volontiers, à l'occasion, le charme rétro de ces années qui me ramènent à mes toutes premières années. Le premier roman de Daniel Parokia, dont l'action se situe en 1959, « époque paisible et prospère », dit le prière d'insérer, oubliant l'Algérie, bénéficiait donc à mes yeux d'une sorte de préjugé favorable.

     

    Parlons d’autre chose…

     

    De fait, l'auteur a soigneusement parsemé son livre de références petites et grandes à la période : ça commence dans une « Floride bleue décapotée » qui arbore les célèbres « pneus à flancs blancs » ; et par la suite rien ne manque, Côte d'Azur, Simca, paquet rouge des Royale, le barrage de Fréjus et le Constantinois, pour finir, bel et bien. Mais malgré l'ambiance « insouciante et cruelle » il ne s'agit pas de nous rejouer Bonjour tristesse. La modernité est passée par là, attention. Et l'histoire, pendant de longues pages, ne semble être qu'un prétexte pour parler d'autre chose. De quoi ? Mon Dieu, vous savez bien, de tout le reste – décor, mouches qu'on attrape, instants qui passent, gestes infimes. On aura identifié la formule rodée par certains auteurs des éditions de Minuit, dont on reconnaîtra au passage bien des tics : narrateur ironique et omniscient (« Zoomons maintenant sur une villa cachée dans les feuillages… »), anticipations soudaines (« Trois ans plus tard, en Italie, découvrant le film Le Fanfaron de Dino Risi (Il sorpasso, en italien), il revivrait ce moment pénible »), ruptures syntaxiques (« Évelyne lança que ça suffisait, qu'elle en avait assez (…) – et, bref, elle boirait bien un verre »)…

     

    Parler d'autre chose, cela peut amener à parler de bien des choses. Daniel Parokia, nous dit-on, est « professeur émérite ». Qu'enseignait-il ? La quatrième de couverture ne le précise pas mais ce qui est sûr, c'est que cet homme n'a pas raté sa vocation. Le roman commence par un long exposé sur les parfums, puis pratiquement chaque chapitre offrira le prétexte à un cours en bonne et due forme : golf, bridge, volley ball, navigation de plaisance, papillons, j'en passe, on s'instruit. Si vous voulez épater vos connaissances ouvrez le livre au hasard et apprenez un passage par cœur.

     

    Genre style

     

    Épater, cela semble d'ailleurs l'objectif principal de l'ouvrage. Et le premier objet sur lequel il convient d'attirer l'œil du lecteur pour que celui-ci comprenne bien que l'essentiel ne réside pas dans la fiction, c'est le style. Là, on est servi. Le personnage principal pense à ses vacances qui commencent : « Ses premiers jours chômés s'effilochaient comme une dentelle. Perdu dans ce fin réseau de nirvanas dispersés, Joël réfléchissait longtemps, inquiet de la dimension restante ». Gracieux, non ? Et quand quelques citations décalées viennent s’insérer dans cet arachnéen tissu c'est naturellement encore mieux : « Ils allaient instables et sporadiques, sous les lumières bleutées de la ville, tandis que leur parvenait, d'un parc impénétrable, la voix de Frank Sinatra, qui chantait dans la nuit ». Chacun aura reconnu, j’espère, Virgile, caché dans la même phrase que Strangers in the night...

     

    Oh, j'ai bien compris, tout cela est ironique, et marqué au coin du second degré, le second-degré-par-désespoir qui nous dit que, la vie étant ce qu'elle est, seules les bulles de savon offriront une image exacte de son caractère transitoire. Ce serait donc une grave erreur de croire qu'on est dans la gratuité formelle, du reste l'auteur, craignant probablement qu'on se méprenne, l'indique bien à plusieurs reprises et en caractères gras. Ainsi, à propos d'un feu d'artifice : « Joël pensait que les meilleures choses étaient comme ces fusées précaires, et qu'il n'aimerait pas tant la beauté ou même la vie s'il les savait plus durables ». Ou, au terme d'une discussion sur le calcul des probabilités appliqué au billard : « Peut-être qu'une catastrophe massive résulterait, à terme, de leurs petites rencontres insignifiantes ».

     

    On n’est pas là pour rigoler

     

    Et les catastrophes viennent bien, en fin de parcours, nous confirmer qu'on n'était pas là pour rigoler. Adieu second degré, une femme se noie, un barrage se rompt, un soldat n'en reviendra pas, nous avions tort de prendre à la légère ces « petites rencontres insignifiantes » sur fond de palmiers et de plages. Ou nous avions raison, puisque de toute façon tout est toujours insignifiant et finit mal. En promenade sur la Côte, les héros visitaient « la villa Marie » et « l'hôtel Belles Rives de Juan-les-Pins, ancienne villa Saint-Louis ». « Petits pèlerinages fitzgeraldiens ! » commente, inévitablement allusif, l'un d'entre eux. Ah, un roman fitzgeraldien ! C’était donc ça…

     

    P. A.

     

    Une première version de ce texte est parue le 11 septembre 2015 sur le site du Salon littéraire.

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    7
    Fabienne
    Mardi 8 Décembre 2015 à 23:07
    Quelle critique éblouissante, je me suis régalée!!!
    6
    Walter
    Lundi 7 Décembre 2015 à 09:23

    A la fin de votre texte, on attend une phrase lapidaire pour nous dire

    si oui ou non c'était la peine de couper un arbre ou deux pour imprimer

    ce "roman". Vos citations de Parokia nous montrent que ça ne vaut rien,

    d'accord ? bravo pour votre blog.

      • Lundi 7 Décembre 2015 à 18:38

        Oui, il y a parfois des livres à l'utilité discutable. En même temps, ils montrent, a contrario, ce qu'on peut attendre des autres...

    5
    Phénix
    Dimanche 6 Décembre 2015 à 02:01

    Sauf que Parokia n'a pas 15 ans et que votre détachement ironique relève davantage de la caresse du chat à la souris avant la mise à mort.

    4
    Phénix
    Samedi 5 Décembre 2015 à 12:09

    Votre ironie aussi est en dentelle, légère, et comme champagnisée, amusée, voire un brin bienveillante. Comme on peut l’être vis-à-vis d’un élève dont on comprend les coquetteries pour y avoir soi-même parfois  cédé.   

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :