• Dancing with myself, Ismaël Jude (Verticales)

    Dancing with myself, Ismaël Jude (Verticales) Le livre d’Ismaël Jude a un mérite : il ne tourne pas autour du pot. Ce pot, c’est « le Mystère. Le Secret. L’Énigme » que les femmes cachent entre leurs jambes. Et puis voilà. L’origine du monde est à la mode, on y consacre toute une exposition à Ornans. Sera-t-elle aussi un des thèmes porteurs et vendeurs de cette rentrée littéraire ? Ça nous changerait des grands hommes et des poilus de 14-18…

     

    Comme chez Courbet, ça commence bien. Le narrateur de Jude, anonyme, forcément anonyme, on comprendra plus loin pourquoi, est un enfant plein de candeur et de curiosité pour les mots. Il les attrape « en plein vol pour les déposer sur une table d’opération et les disséquer plus tard ». Ayant ainsi recueilli celui de « chatte », il s'interroge : « Je me demande si les femmes du village ont laissé la leur en liberté après qu'elles ont accouché. J'observe les chats qui rôdent autour de la maison, au fond du parking. Et j'observe les femmes (…) pour essayer de comprendre où elles peuvent cacher ça ». Bien sûr, au fil des années, ses connaissances iront progressivement en s'affinant. Ismaël Jude réussit fort bien ce glissement de la vision de l'enfant à celle, moins naïve mais très perturbée, du préadolescent puis du jeune adulte. Les théories les plus fantaisistes et les plus réjouissantes se succèdent dans l'esprit du petit héros, qui se construit, comme on dit maintenant, autour d'une question unique : « Quel nom donner à la chose ? » Le « lexique animalier » dont ses camarades font usage ne le satisfaisant décidément pas, il « puise des mots nouveaux dans l'encyclopédie de botanique illustrée : Gynandria polygynia, Amorphophallus bulbifer… » Et cette passion pour les sciences naturelles éveille à son tour celle du dessin : « J'inscris dans mes cahiers les symboles d'une langue chiffrée dont je me pénètre à mesure ».

     

    Dans une première partie, Ismaël Jude tisse avec habileté, autour de sa question béante, les trois fils du langage articulé, de l'exploration scientifique et du trait sur la page blanche. Seulement voilà, les enfants c'est mignon quand c'est petit mais ensuite, hélas, ça devient grand. Étudiant (en botanique, évidemment), notre héros, à Paris, se consacre essentiellement au voyeurisme, élevé ici au rang de mode de vie. Pourquoi pas ? On pourrait même imaginer un avatar de l'écrivain dans ce « prédateur paradoxal » qui attend avant tout des femmes qu'elles fassent « comme s'[il] n'ét[ait] pas là » et le laissent être pur regard, « Linné d'une botanique porno » qui « vit dans les souvenirs » d'images glanées à la sauvette. Mais soudain tout se gâte. « Je change », nous dit le naturaliste d'un genre particulier. C'est le moins qu'on puisse dire. Lui qui jusqu'alors n'avait qu'un désir, ne rien faire, le voilà qui tourne du jour au lendemain hyperactif — toujours dans son domaine de prédilection, vous vous en doutez. D'où vient l'embarras qu'on éprouve immanquablement à lire le récit d'exploits sexuels accomplis par un narrateur qu'on ne peut jamais s'empêcher de soupçonner, tout en prétendant les juger dérisoires, d'en être fier — et son auteur avec ? Sans doute du fait qu'il s'agit là d'une forme particulièrement accusée de complaisance, et que la complaisance, pour soi, pour son sujet, est mortelle en littérature.

     

    Y a-t-il de véritables œuvres qui se bâtissent autour d'une obsession sexuelle ? La question mérite qu'on se la pose, l'écriture, après tout, étant une obsession en soi. Mais Genet a aussi la beauté de la langue et la profondeur de la réflexion ; Bret Easton Ellis, l'analyse sociologique ; Philip Roth, l'humour et la distance qu'il instaure. En gros plan, nue, massive, sans recul ni contrepoint, l'idée fixe ne suscite au bout d'un moment qu'un ennui mêlé d'écœurement, pareil à celui qu'on éprouve à voir le narrateur d'Ismaël Jude s'entêter à labourer en tout sens son pré carré. On l'écoute dire : « Je tringle à tout va, nique, lime, copule, fornique, je connais bibliquement, je m'unis, m'accouple, m'envoie en l'air, tire un coup plus souvent qu'à mon tour, je fais crac crac… » On est content pour lui mais on attend, poli quoique peu concerné, qu'il ait fini. Et son retour final au voyeurisme pur ne change plus rien à notre sentiment que cet homme parle pour lui-même. Le titre (en anglais, pour faire plus chic) le disait bien.

     

    Vaguement conscient, peut-être, d'un problème, l'auteur imprime quelques paresseuses volutes à une intrigue qui n'en est pas complètement une sans renoncer à essayer. Ça n'y change rien. Ou alors il essaie de sortir de son engluement obsessionnel en se lançant dans le lyrisme à tendances métaphysiques. Comme on pouvait s'y attendre, c'est pire : « La nuit est une araignée (…) L'immanence est sa toile, et nous, les mouches prises dans la métaphore filée. Les étants, pris en sandwich, dans l'être »…

     

    Vite, rendez-nous les grands hommes !

     

    P. A.

     

    photo c1.staticflickr.com

     

    Ce texte a été publié une première fois le 28 août 2014 sur le site du Salon littéraire.

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :