• /fr.123rf.comK : king size

    Le mot « cigarette » est joli : l’étroitesse flûtée de sa première syllabe, le contraste entre celle-ci et le choc guttural et viril de la deuxième, le deuxième contraste, qui, après ce petit coup de glotte impérieux, achève le tout en sourire diminutif et chute de brins desséchés. Le mot « cigarette » est joli, parce qu’il est parfaitement à l’image de la chose...

     

    Pour lire la suite, cliquez ici.


    votre commentaire
  • www.meubledestyle.frJ : jeu

     

    Enfant, je jouais peu. En tout cas, avec des jouets. Comme je l’ai dit à maintes reprises, je me racontais des histoires, un cordon d’étoffe à la main, du type de ceux qu’on utilise pour retenir les pantalons des pyjamas, assis sur une chaise installée au milieu de ma chambre et me démenant en vaticinant comme un maboul...

     

    Pour lire la suite, cliquez ici.


    votre commentaire
  • photo Pierre AhnneI : île

     

    Je n’ai pas toujours aimé les îles. Mon père était né dans une île, pas n’importe laquelle, l’essence de l’île, un archétype, celle qui vient à l’esprit la première quand on prononce le mot d’île. Archi-verte, archi-bleue, archi-tropicale. Une archîle. Mais moi les îles me laissaient indifférent, malgré les masques, les tentures de pandanus et les reproductions de Gauguin qui couvraient les murs de l’appartement familial. Je n’avais pas l’imaginaire marin...

     

    Pour lire la suite, cliquez ici.


    votre commentaire
  • photo Pierre AhnneH : hâle

     

    Le corps est blanc. Soi-même on ne le voit pas blanc mais la mère voit bien sa blancheur. Elle la déplore, contemplant nos jambes maigres interminablement étirées des socquettes jusqu’au seuil inférieur de la culotte courte, elle soupire que-tu-es-blanc-mon-fils...

     

    Pour lire la suite cliquez ici.


    votre commentaire
  • www.leparisien.frG : gant

     

    J’ai très tôt eu le goût des gants. Je ne parle pas des gants de laine fuyants et mous qui sentent l’humide ni des moufles qu’en hiver, dans le rude Nord-Est où j’ai grandi, on tâchait de me rendre attrayantes en les comparant à des gants de boxe. La boxe ne m’intéressait pas. Ce qui m’intéressait, c’étaient les mousquetaires, avec leurs rapières et leurs gants prolongés de manchettes évasées,...

     

    Pour lire la suite, cliquez ici.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique