• La Partie de chasse, Isabel Colegate (Belfond [vintage])

    goodtoknow.media.ipcdigital.co.ukJ’ai vu en 1985 le film d’Alan Bridges, sorti cette année-là, qui portait à l’écran ce roman paru en 1980 mais dont je ne savais rien alors. Tout ce que je me rappelle du film c’est James Mason, en hobereau raffiné, récitant le Notre-Père à l’agonie d’un de ses paysans victime d’un accident de chasse. J’ai retrouvé la scène dans le livre d’Isabel Colegate mais Sir Randolph, contrairement à mon souvenir, ne pleurait pas : ce qui n’était pas sans force à l’écran aurait constitué sur le papier une faute de goût. Et ce ne sont pas les fautes de goût qu’on peut reprocher à l’auteure, « héritière d’une vieille famille britannique » ayant vécu « pratiquement toute sa vie dans le château de Midford, près de Bath » (prière d’insérer).

     

    Par ailleurs, que cette Partie de chasse ait intéressé d’emblée les cinéastes, quoi d’étonnant ? Elle s’annonce dès la première page « comme un spectacle qui se déroulerait tout entier dans un salon éclairé par des lampes à huile et où, peut-être, brilleraient aussi sur les murs les lueurs mouvantes d’un grand feu de bûches ». Aussi la préface a-t-elle été confiée à Julian Fellowes, « créateur de Downton Abbey » souligne fièrement le bandeau (mais c’est quoi, Donwton Abbey ?), et surtout scénariste du film d’Altman Gosford Park. Cet homme nous explique que le roman d’Isabel Colegate s’inscrit dans le regain d’intérêt des Britanniques pour la vie de leurs classes dominantes à l’époque édouardienne (1901-1910), après une longue période pendant laquelle le peuple et plus particulièrement la classe ouvrière tenaient les premiers rôles dans les œuvres de fiction. Il en profite pour tonner contre « les progressistes des années 60 » et conclut que La Partie de chasse nous enseigne combien « la clairvoyance morale, le désir de vivre avec dignité » sont les « valeurs fondamentales qui demeurent, quels que soient les révolutions ou les changements sociaux ». La lutte des classes est un mirage et mistress Colegate l’avait bien compris, ouf ! C’est visiblement ce qu’il importait avant tout à mister Fellowes de proclamer, dans ce long texte (mais tout y est répété plusieurs fois) qui envisage notre roman comme un pur et simple traité d’histoire des mœurs.

     

    Et, certes, il y en a, de l’Histoire et des mœurs, dans le récit d’Isabel Colegate. « C’est la fin d’une époque », tout le monde en est bien conscient. « L’agriculture est en pleine dépression » ; « Il n’y en a plus que pour les villes » ; « Par-delà les limites » du vaste domaine de Nettleby, où tout se déroule, « un grand mouvement [est] en marche, plein de cris, de violence et de chaos ». Dans les frontières de ce domaine, pourtant, on continue à célébrer un rituel social appelé à bientôt disparaître : « Parés de tous leurs bijoux, plumes, chiffons, boutons de plastron, ils se dirigèrent en cortège vers la salle à manger, et chacun éprouvait au fond de l’âme une sorte de léger ravissement… ». Le rite par excellence, c’est la chasse au faisan, avec ses règles compliquées et ses rôles bien établis (tireurs, garde-chasse, rabatteurs…). Mais on est en 1913 et, à la saison suivante, « une autre grande partie de chasse [aura] commencé dans les Flandres ». La guerre jette rétrospectivement son ombre sur les élégants et vains passe-temps d’une aristocratie dont Isabel Colegate saisit avec âpreté et exactitude les travers. Le roman s’ouvre sur Sir Randolph, maître de Nettleby et personnage principal, en train de noter ses « réflexions » dans son « carnet de chasse » : cette association de l’écriture et de la passion cynégétique en dit long, même si la narratrice omnisciente rend justice sans manichéisme à chacune de ses exaspérantes et charmantes créatures. Ici comme chez Jean Renoir (encore le cinéma !), tout le monde a ses raisons et personne n’a tort.

     

    Limiter La Partie de chasse à son intérêt historique ou moral serait cependant méconnaître ses indéniables qualités en tant que roman. On ferait alors bon marché de l’art de la scène (toute en précision, finesse et humour vache), et de celui du tableau avec lequel celle-ci alterne. Tableaux de la nature, souvent, attentifs à capter les jeux de l’heure et de la lumière : « Leurs sabots lourds faisaient sonner le sol dans le calme du soir, et les derniers rayons du jour effleuraient doucement le cuir épais des colliers et le cuivre poli des plaques qu’ils portaient sur le front ». Mais aussi portraits de groupe, quand cette même lumière met en valeur « le teint naturel des femmes, les couleurs discrètes de leurs robes et la porcelaine bleue et blanche sur le bois sombre des étagères »… Ces scènes et ces pauses descriptives, dans leur succession rapide digne décidément du scénario le plus efficace, s’organisent insensiblement avec une habileté à laquelle il faut aussi rendre justice. Ce n’est qu’au dernier moment qu’on voit converger tous les fils, dans le récit de l’ultime battue où, avec adresse et cruauté, la narratrice substitue dans le rôle de victime sacrificielle un homme à l’animal de compagnie sur lequel elle avait su détourner l’attention et les craintes du lecteur.

     

    Reste qu’il faut, pour en arriver là, environ 250 pages. Et que, si les fragments qui composent l’ensemble restent brefs, ils sont nombreux, et quelque peu répétitifs. On ne s’en lasse pas, c’est vrai. Mais on se surprend à se demander souvent si l’intérêt supposé du lecteur anglais de 1980 pour la classe dominante dans le royaume autour de 1910 nous concerne à ce point, et le sens que cela peut avoir, en fin de compte, de refaire à la fin du XXe siècle ce que Forster faisait fort bien sur le moment. On lit, on ne boude pas son plaisir. C’est celui d’un dessert complexe et nappé de crème à la vanille, tels ceux qui font le charme de la pâtisserie britannique : ces friandises satisfont la gourmandise ; pas la faim.

     

    P. A.


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :