• Nonante-neuf poèmes, Maurice Carême (Espace Nord)

    www.espacemasson.beOn a envie de le relire, ne serait-ce que pour faire pièce aux idées reçues. Car tout le monde l’a lu, peu ou prou, et même appris. Toutes les quelques pages, en feuilletant ces Nonante-neuf poèmes, on se dit : tiens ! c’était donc aussi de lui… Et ce n’est pas là le moindre charme de la petite anthologie, établie par Rony Demaeseneer, Christian Libens et Rossano Rosi, qui vient de paraître dans la collection Espace Nord, dont j’ai déjà souvent parlé.

     

    « Ni Villon ni Verlaine »

     

    En effet, comme le titre suffirait à le rappeler aux distraits, Maurice Carême était belge. Né en 1899 à Wavre. Milieu modeste. Instituteur, ça va sans dire. Mais qui put, dès 1943, cesser de l’être, pour vivre uniquement de sa poésie. Quelle époque… Reconnu internationalement, couvert de prix, traduit en de multiples langues, il mourut en 1978 à Anderlecht, où il avait commencé à enseigner (« Tu n’es ni Villon ni Verlaine. / Ta vie ne fut que quotidienne : / Une pelote de semaines / Qui se déviderait pour rien »).

     

    Ce qui nous ramène aux idées reçues : parfois, le pire est qu’elles ne sont pas infondées. N’en déplaise aux trois auteurs du choix et de la postface, enthousiaste et savante, un inévitable parfum de craie s’élève de cette poésie, de blouses et d’encre bleue à même l’encrier (il y avait un petit trou ménagé en haut et à droite du pupitre à son intention : il était amusant, mais peu conseillé, de jouer à l’en faire émerger en le poussant par en dessous).

     

    On repense à tout cela (et était-ce après tout si merveilleux ?) en retrouvant tel vieux tube des préaux d’antan : « L’école était au bord du monde, / L’école était au bord du temps. / Ah ! que ne suis-je encor dedans / Pour voir, au-dehors, les colombes ! » Les nombreux hymnes à la mère semblent écrits pour être appris à l’occasion de la fête réactionnaire qu’on célèbre en chaque mois de mai. Et la fantaisie même de Carême est une fantaisie d’enfant sage (« J’ai rencontré trois escargots / Qui s’en allaient cartable au dos / Et, dans le pré, trois limaçons / Qui disaient par cœur leur leçon »).

     

    La mort derrière la porte

     

    Pourtant, comme vous vous en doutiez, il n’y a pas que cela. D’abord, on entend www.eurocles.comparfois des notes plus sombres. Les portes abondent, chez Carême, et elles sont toujours inquiétantes. « Il s’aperçut que la porte / Était tout en feuilles mortes », dit un poème. Mais un autre se fait plus précis : « Il entendit la mort / Derrière cette porte, / Il entendit la mort / Parler avec la morte ». Et puis, quand il délaisse les facéties pour cour de récré et qu’il adopte résolument le ton quotidien, le poète d’Anderlecht se révèle un authentique disciple d’Apollinaire. Voire, et mes lecteurs savent quel éloge c’est dans ma bouche, un contemporain d’Aragon : « La foi, l’amour, l’argent, la gloire / Chacun joue le jeu comme il peut. / Mais on devient si vite vieux / Au cœur de cette immense foire ».

     

    Surtout, Carême a eu le génie de s’en tenir au vers régulier. La postface le dit fort bien : contrairement à ce que s’imaginent tant les naïfs que les poètes du dimanche, la métrique et la rime ne sont pas choses ringardes ; et le vers régulier de Carême n’est pas si régulier que ça, ce qui lui permet de produire, au fil du propos, d’assez subtiles dissonances. Rosi, Libens et Demaeseneer en donnent des exemples aussi convaincants que précis.

     

    Alors, au dictionnaire des idées reçues : Carême, poète pour maîtres d’école ?... Oui. Mais il avait ses jeudis.

     

    P. A.

     

     Illustration : Le tableau de Georges Braque, Deux oiseaux, date de 1961.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :