• Paroles d'écrivains

    photo Pierre Ahnne

     

    « Tous, dans la rue, cueillaient son image. Au crépuscule, dans ce premier abandon de la nuit romaine, si lourd de rêves, à l’heure de rentrer chez soi… voici que fleurissaient vers elle, des encoignures et des trottoirs, particuliers ou collectifs, en hommage, des bouquets de regards : éclairs et flamboyantes œillades juvéniles, un chuchotis, parfois, qui l’effleurait, murmurante oraison du soir. Il arrivait aussi, en octobre, que de l’évanescente coloration des choses, de la tiédeur des murs, émanât quelque poursuivant impromptu, Hermès voltigeur aux courtes ailes de mystère, ou remonté, qui sait, vers les vivants et leur capitale, par d’étranges Érèbes nécropolitains. »

    C. E. Gadda, L’affreux Pastis de la rue des Merles


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    4
    Fabienne Clairambaul
    Mercredi 22 Mars à 09:50

    Merveilleux extrait, merci! Je pars à Rome demain, et à défaut d'y croiser de flamboyantes œillades juvéniles, j'espère y trouver l’évanescente coloration des murs et la tiédeur des murs... 

    3
    Marie Guegan
    Mardi 21 Mars à 21:42

    Un petit joyau ! Merci

      • Mercredi 22 Mars à 07:34

        Et inattendu, chez Gadda...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :