• achetezdelart.com

     

    « Quand elle aura les pieds sur ma pierre tombale, elle pensera : "Maintenant je marche sur les ossements de ce vieillard en enfance", mon esprit vivra, je ressentirai tout le poids de son corps, j’aurai un peu mal, sentant la douceur de velours de la plante de ses pieds. Même mort j’aurai conscience de cela. Il n’est pas possible qu’il n’en soit pas ainsi. »

     

    Junichiro Tanizaki, Journal d’un vieux fou

     

    Illustration : gravure de Tsuchiya Koitsu


    votre commentaire
  • montresanciennes.blogspot.fr

     

    « Il prit son père dans ses bras et le porta sur le lit. Il éprouva un sentiment d’épouvante quand il s’aperçut, au cours des quelques pas que dura le transport, que le père, contre sa poitrine, jouait avec sa chaîne de montre. Il ne put le coucher tout de suite tant le vieillard se cramponnait à cette chaîne. »

     

    Kafka, Le Verdict


    votre commentaire
  • photo Pierre Ahnne

     

    « Une charrette traînée par des bœufs a paru dans la place et s’est arrêtée devant le portail. Un mort était dessus. Ses pieds pâles et mats, comme de l’albâtre lavé, dépassaient le bout du drap blanc qui l’enveloppait de cette forme indécise qu’ont tous les cadavres en costume. »

     

    Flaubert, Par les champs et par les grèves


    votre commentaire
  • photo Pierre Ahnne

     

    « Pour ne pas crier, ni frapper, j’eus recours à l’oraison jaculatoire :

    — O mon Dieu, adorable créateur de l’enfer, gloire à Vous. Enfer, feu de joie de la justice, sois béni. »

     

    Béatrice Beck, Des Accommodements avec le ciel


    votre commentaire
  • photo Pierre Ahnne

     

    « Ah chien et loup du soir Un Paris d’entresols

    Referme ses tiroirs et reprend son chapeau

    C’est l’heure lasse où la poudre de riz s’envole

    Qui marque la sueur dans les plis de la peau

    Un coup d’œil aux miroirs vaguement se console

     

    Le poème va-t-il avoir d’autres héros

    Tout un peuple hâtif se bouscule et se croise

    Où s’en vont vos regards debout dans le métro

    Femme peinte de lait homme au menton d’ardoise

    C’est l’heure où le hasard rentre de son bureau »

     

    Aragon, Le Roman inachevé


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique