• photo Pierre Ahnne

    « En entendant cette promesse, Schmucke sauta d’un bout de la table à l’autre, en entraînant la nappe, les plats, les carafes, et saisit Pons par une étreinte comparable à celle d’un gaz s’emparant d’un autre gaz pour lequel il a de l’affinité.

    — Guel ponhire ! s’écria-t-il. »

    Balzac, Le Cousin Pons


    votre commentaire
  • Paroles d'écrivains

    « J’ai dit le mot choses : et ce mot, au fur et à mesure qu’une curieuse faculté nous présente ces choses dans leur multiplicité, leur variété et leurs changements sans fin, se remplit d’un sens, ou d’une signification, spécial, que — pour ce qui me regarde, ou ce qui regarde mon expérience — je voudrais appeler "étrangeté". »

    Anna Maria Ortese, Là où le temps est un autre


    votre commentaire
  • « … d’ailleurs il n’y avait presque rien de particulier dans cet homme… rien absolumentphoto Pierre Ahnne n’attirait au premier regard l’attention sur cet homme. C’était, quoi, un homme comme les autres, un brave homme, sûrement, pareil à tous les braves gens, et qui peut-être avait plus d’une qualité, et même d’assez notables… bref, un homme qui était ce qu’il était. »

                Dostoïevski, Le Double

     

     

     

     


    votre commentaire
  • photo Pierre Ahnne« Enfin, bref : je gagne mon pain quotidien en pensant, ruminant, creusant, fouillant, méditant, versifiant, cherchant, examinant et en me promenant, et j’en bave autant qu’un autre. Tout en faisant peut-être les mines les plus réjouies, je suis extrêmement sérieux et consciencieux, et quand je n’ai l’air d’être rien qu’exalté je suis un professionnel irréprochable. Puis-je espérer, ayant fait devant vous cette déclaration détaillée de mes aspirations visiblement honnêtes, vous voir amplement convaincu ?

    Le fonctionnaire dit : « bon », et il ajouta :

    — Votre requête tendant à obtenir notre accord pour que soit fixé au niveau le plus bas le taux de votre imposition va être examinée.»

     

    Robert Walser, La Promenade

     


    2 commentaires
  • « On raconte d’une femme dont le mari ou l’amant avait disparu pendant vingt ans, dans photo Pierre Ahnnele centre de l’Afrique, ou enfin dans quelque endroit perdu de ce genre, que quand il lui revint, elle ne le reconnut pas, et la vie pourtant reprit entre eux, comme s’ils s’étaient quittés une quinzaine. C’est le soir, quand ils se couchèrent, soudain qu’elle le retrouva à la manière de plier ses habits sur la chaise. Vingt ans, le désert, les cannibales, les tigres, rien n’y avait fait. »

    Aragon, Les Beaux Quartiers


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique