• Quelques lectures pour l'été 2013

    Avant de passer en vitesse d’été, un petit choix d’ouvrages pour oublier les plages bondées, les campagnes pluvieuses et les jungles infestées de moustiques.

     

    Quelques lectures pour l'été

     

     

    S’il fallait n’en retenir que cinq…

    … parmi les livres parus au cours de l’année écoulée et dont il a été question sur ce blog, voici par ordre alphabétique d’auteurs ceux que décidément je retiendrais.

     

     Christine Angot, Une semaine de vacances (Flammarion)Je persiste, malgré les protestations de certains de mes lecteurs : ChristineAngot n’est pas ridicule.

    Télécharger « une-semaine-de-vacances-christine-angot-flammarion-a93206561 »

     

     Claudie Huntzinger, La Survivance (Grasset)

    Ma grande découverte de l’automne.

    Télécharger « la-survivance-claudie-hunzinger-grasset-a93206555 »

     

     

     Michael Kumpfmüller, La Splendeur de la vie (Albin Michel)

    Le bouleversant récit des derniers mois de Kafka.

    Télécharger « la-splendeur-de-la-vie-michael-kumpfmuller-traduit-de-l-allemand-par-b-a93206537 »

     

     Gilles Pétel,  Sous la Manche (Stock)

    Faux roman policier et vraie quête de la vérité qui se profile au bout du tunnel, par mon ex-coblogueur.

    Télécharger « sous-la-manche-de-gilles-petel-a93206647 »

     

     Gilles Sebhan, London WC2 (Les Impressions nouvelles)

    Gilles Sebhan continue à parler de nos désirs en faisant l’histoire des siens.

    Télécharger « london-wc2-gilles-sebhan-les-impressions-nouvelles-a93206517 »

     

    Quelques lectures pour l'été

     

     Oublis et autres trous

    Quelques livres que je juge, à tort ou à raison, trop méconnus.

      

     

    Josef Škvorecký, Miracle en Bohême (traduit du tchèque par Claudia Ancelot, L’imaginaire Gallimard)

    La triste et désopilante histoire d’une jeunesse en Tchécoslovaquie, de

    l’après-guerre aux années 60.

     

     Edgar Hilsenrath, Nuit (traduit de l’allemand par Jörg Stickan et Sacha Zilberfarb, Attila)

    Toute l’action se déroule dans le ghetto d’une ville de Roumanie, en 1941. Il y a là des hommes et des femmes, qui, tout près de la mort, demeurent des hommes et des femmes.

      

     

    Adalbert Stifter, L’Homme sans postérité (traduit de l’allemand par Georges-Arthur Goldschmidt, Phébus)

    Nietzsche considérait Stifter comme un des plus grands écrivains de langue allemande. En tout cas chaque instant dans la nature ou parmi les choses devient sous sa plume étrangement magique.

     

     David Lodge, L’Auteur ! L’Auteur ! (traduit de l’anglais par Suzanne V. Mayoux, Rivages)

    La vie et les soucis de Henry James lui-même. Il fallait toute l’élégance et tout l’humour de Lodge pour oser un pareil sujet.

     

     Louis Calaferte, C’est la guerre (L’Arpenteur, Gallimard, repris en Folio)

    Une enfance, une adolescence, les années sombres. Et un grand style.

     

     

     Et toujours…

     

     

    Arno Schmidt, Vaches en demi-deuil (traduit de l’allemand par Claude Riehl, Tristram)

    Télécharger « les-trois-paradoxes-d-arno-schmidt-pierre-ahnne-a93206633 »

     

     Charles-Ferdinand Ramuz, Joie dans le ciel (Les Cahiers rouges, Grasset)

    Télécharger « pourquoi-ramuz-pierre-ahnne-a93206637 »

     

     Alexandre Vialatte, Les Fruits du Congo (L’Imaginaire Gallimard) 

    Télécharger « vialatte-et-les-fruits-du-congo-a93206631 »

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :