• Quelques lectures pour la fin de l’année 2019

    Il ne faut pas se laisser abattre : ni par la pluie, ni par les réformes et ce qu’elles entraînent, ni par les fêtes.

    Pour aider mes lecteurs à surmonter ces obstacles ou à aider leurs proches à le faire, voici, comme chaque année à pareille époque, quelques idées de livres, parmi ceux qui ont paru depuis la rentrée et dont j’ai parlé.

    Avec tous mes vœux pour une bonne fin d’année.

    Dans les premières semaines de celle qui approche, je vous entretiendrai de l’impressionnant roman de Chris Kraus, La Fabrique des salauds (Belfond), et du brillant roman de Jérémie Lefebvre, L’Italienne qui ne voulait pas fêter Noël (Buchet-Chastel), publiés encore en 2019.

    Et aussi du nouveau recueil de nouvelles de Marie Sizun (Ne quittez pas !, Arléa) ; du troisième volume ajouté par Gilles Sebhan à son Royaume des insensés (Feu le royaume, Rouergue noir) ; du « roman » que Régis Jauffret consacre à son père (Papa, Seuil) ; de Harpo Marx (Harpo, Fabio Viscogliosi, Actes Sud) ; de Bela Lugosi (Bela lugosi, biographie d’une métamorphose, Edgardo Franzosini, La Baconnière) ; de bien d’autres merveilles encore…

     

    photo Pierre Ahnne

     

     

    Étranges dames

     

    La Télégraphiste de Chopin, Éric Faye (Seuil)

    Vera Foltynova reçoit les visites de Chopin, qui lui dicte des œuvres posthumes… Dans une Prague en proie au soupçon, les fantômes du régime défunt se mêlent aux espions venus de l’au-delà.

     

    Mon année de repos et de détente, Ottessa Moshfegh (Fayard)

    Dormir, sauf de brefs épisodes de veille, pendant un an. Tel est le projet d’une jeune New-Yorkaise. L’écrivaine américaine en fait un long lamento hypnotique et drôle sur une société absente à elle-même.

     

    Ici, tout est encore possible, Gianna Molinari (Delcourt)

    Cette jeune auteure suisse de langue allemande raconte une drôle d’histoire, où il est question d’une veilleuse de nuit, d’un loup, de migrants tombés des avions et d’une usine qui va fermer… Ponctuée de dessins et de photos, l’image étrangement inquiétante d’un monde en perte de sens.

     

    Un dimanche à Ville-d'Avray, Dominique Barbéris (Arléa)

    Sur les bords des « étangs de Corot », deux sœurs, et un amour peut-être imaginaire. Poème nostalgique et subtil, en écho à Nerval autant qu’à un film bien connu.

     

    Les Grands Cerfs, Claudie Hunzinger (Grasset)

    En observant un clan de cerfs, Pamina-Claudie Hunzinger se fait cerf elle-même. Et continue d’explorer notre rapport à un monde fragile et menacé. Prix Décembre.

     

    photo Pierre Ahnne

     

     

    Vilains garçons

     

    Les Minets, François Armanet (Stock)

    Armanet ressuscite, une fois de plus, « la bande du Drugstore » (des Champs-Élysées) : entre frime et désespoir, le portrait brillant d’une époque qui avait inventé « l’adolescence éternelle ».

     

    Giono, furioso, Emmanuelle Lambert (Stock)

    « Style, syntaxe, mauvais esprit » : l’auteure d’Apparitions de Jean Genet fait le portrait chatoyant et sans indulgence de l’autre Jean, une des dernières incarnations du grantécrivain. Elle a reçu pour cela le Femina essais.

     

    photo Pierre Ahnne

     

     

    … Et une réédition

     

    Moumou, Ivan Tourgueniev, (Mercure de France)

    Brève et bouleversante histoire du muet Guerasime et de sa chienne Moumou, seuls vrais humains dans un monde de pantins dignes de Gogol.

     

    photo Pierre Ahnne


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :