• Tag Paroles d'écrivains

    Résultats pour la recherche du tag Paroles d'écrivains :
  •   « Peupliers et trembles. Dans la dernière clarté horizontale             à cette heure où la feuille la plus haute, qui tout le jour             était prise dans la rivière de brise invisible                         soudain se fige en un miel...

    Lire la suite...

  •   « Ici les fondemens des chasteaux rehaussés Par les ressuscitans promptement sont percés ; Ici un arbre sent des bras de sa racine Grouiller un chef vivant, sortir une poictrine ; Là l’eau trouble bouillonne, et puis s’esparpillant Sent en soy des cheveux et un chef s’esveillant....

    Lire la suite...

  •   « L’œuvre de Sainte-Beuve n’est pas une œuvre profonde. La fameuse méthode, qui en fait, selon Taine, selon M. Paul Bourget et tant d’autres, le maître inégalable de la critique au XIX e , cette méthode qui consiste à ne pas séparer l’homme et l’œuvre, à considérer qu’il...

    Lire la suite...

  •   « Comme il pleut ce soir ! N'est-ce pas, mon hôte ? Là-bas, à la côte, Le ciel est bien noir, La mer est bien haute ! On dirait l'hiver ; Parfois on s'y trompe... Le vent de la mer Souffle dans sa trompe. »   V. Hugo, Les Voix intérieures

    Lire la suite...

  •   « La porte de la salle d’attente s’ouvrit brutalement et les garçons qui étaient restés à la chaleur commencèrent à sortir pour venir à la rencontre du train. De loin, ils paraissaient avoir chacun au moins trois cigarettes allumées dans chaque main. Lane en alluma une lui aussi au...

    Lire la suite...

  •   « Il y a des monstres qui sont très bons, Qui s’assoient contre vous les yeux clos de tendresse Et sur votre poignet Posent leur patte velue. »   Guillevic, Terraqué   illustration : Jérôme Bosch, Le Jardin des délices , détail

    Lire la suite...

  •   « Dans la paume du village Le soir vient manger les graines Du sommeil animal   Bonne nuit à la pensée   Et j’appelle le silence Par son plus petit nom »   Éluard, Les Mains libres

    Lire la suite...

  •   « Chez nous, un Martini, ça se sert avec une olive, dit le boss, et pas avec une cerise. Seules les boissons sucrées sont servies avec une cerise.  — Exact, Sir.  — Pourquoi avez-vous servi le Martini avec une cerise ?  — Parce que je suis myope, Sir.  — O.K. Bronsky. »   Sa...

    Lire la suite...

  •   « De temps à autre, la neige mouillée et drue, avant d’avoir atteint le sol, se liquéfiait sous forme d’une pluie lente, et il fallait scruter chaque flocon pour comprendre que ce n’était pas de la pluie, mais de la neige. Cette incertitude suscitait un certain malaise et l’on...

    Lire la suite...

  •   « Son idéal allait même jusqu’à l’extravagance. Il souhaitait de faire du navrement un repoussoir aux joies. Il aurait voulu étreindre une femme accoutrée en saltimbanque riche, l’hiver, par un ciel gris et jaune, un ciel qui va laisser tomber sa neige, dans une chambre tendue...

    Lire la suite...